Rechercher
  • laetitiaam

Grossesse, dans la peau d’un manager

CHRONIQUE JOURNAL LE TEMPS 04.12.20

Si la grossesse au travail n’est pas simple pour les femmes, elle s’avère aussi compliquée pour ceux et celles qui les managent. Comment s’orchestre cette expérience lorsqu’on se glisse dans la peau d’un manager?


Gérer l’arrivée d’une maternité au sein d’une équipe est un exercice délicat parce qu’il représente de nouveaux challenges managériaux.


Le premier défi est organisationnel car l’équipe va devoir couvrir une absence liée au congé maternité. Pour Marie, chargée de 30 personnes dans une multinationale, il est primordial d’anticiper le départ de la collaboratrice dès l’annonce de sa grossesse car les arrêts maladie inattendus sont fréquents. «Mettre en place un plan» est un automatisme qu’elle défend ardemment au sein d’une organisation qu’elle juge trop peu réactive. Aussi, elle projette l’organisation des futures grossesses de ses équipes avant même qu’elles soient annoncées. Voilà qui est clairvoyant quand on gère principalement des jeunes femmes!



Toutefois, l’annonce d’une maternité représente très souvent un chamboulement pour un manager et cela ébranle temporairement son organisation. Transférer des compétences rapidement et sur une courte durée ne se fait pas sans stress. Comment se réjouir pour sa collaboratrice lorsqu’on connaît les contraintes apportées par cette nouvelle? Pour Gilles, responsable RH, il faut essayer de ne rien faire transparaître et garder une posture professionnelle. «J’ai déjà eu une impression de trahison à la suite d'une annonce de grossesse que je n’avais pas du tout anticipée. J’avais promu cette collaboratrice et je comptais énormément sur elle, alors j’ai ressenti la rupture d’un contrat moral quand elle m’a annoncé qu’elle était enceinte», raconte ce manager.


Subtilité des limites entre vie privée et travail


L’irruption d’un heureux événement dans un programme professionnel rappelle la subtilité des limites entre vie privée et travail. Jusqu’où doit-on communiquer ses projets personnels? La confiance professionnelle pourrait-elle être mise en danger par les choix de vie privée?


Pour Stéphanie, qui dirige une équipe de dix personnes, tout est question de choix. Un engagement pour un poste nécessite parfois une grande disponibilité qu’une maternité peut compromettre. «Le moment le plus délicat est le retour du congé maternité. Certaines collaboratrices peuvent revenir transformées et désinvesties du travail. C’est difficile de comprendre leur niveau d’engagement pour les projets car elles ont un discours ambivalent; elles vous assurent que vous pouvez compter sur elles, mais elles ont un besoin impérieux de rentrer à la maison. J’essaie de comprendre, je change d’angle sur la personne, mais cette incohérence peut me tendre et j’aurais besoin que les deux parties se responsabilisent», explique la manager, qui ressent fort l’incertitude qui habite les femmes quand elles retournent au travail.


«Il faut changer les mentalités!» déclare Eric, cadre RH, dont la collaboratrice est enceinte. «Accorder de la flexibilité et permettre aux femmes de se connecter à la maison est une solution pour les garder investies et épanouies dans leur rôle de mère. Les transitions en douceur facilitent la reprise du travail sans altérer leur motivation ni remettre en question leur engagement.» Voici un autre point de vue qui soutient également qu’un taux d’activité à 80% n’empêche pas de faire carrière, à condition d’accepter un cahier des charges supérieur au taux d’activité payé pour bénéficier de flexibilité.


Chaque manager doit composer avec ses contraintes professionnelles pour proposer de la flexibilité aux femmes, mais cela dépend aussi de ses habitudes de travail et de la confiance accordée à la collaboratrice. Entre les idéaux respectueux de la maternité et la réalité du travail, il existe un espace plus ou moins vaste, dans lequel les engagements professionnels côtoient les valeurs familiales. C’est précisément ce qui rend l’exercice délicat et parfois frustrant.


Aussi, une communication honnête des deux parties est essentielle pour conserver un lien de confiance, et cela nécessite de surmonter la délicate frontière entre le privé et le professionnel. Toutefois, une attitude compréhensive des étapes traversées par les femmes facilitera toujours le dialogue et encouragera la motivation. Et c’est aux managers que revient cette place centrale!

58 vues0 commentaire